La Sigoise
La vie à Saint-Denis du Sig en oranie (Algérie) de 1845 à 1962.

Accueil > L’histoire de Saint-Denis du Sig > Les Prisonniers de Guerre

Les Prisonniers de Guerre

samedi 1er mars 2008

Entre Saint-Denis-du-Sig et nos plages

Ces prisonniers bénéficiaient d’une grande liberté. Notre population les aimaient. Quelques-uns se plaisaient en compagnie de notre petite bande de copains, à la plage. Leurs sentiments s’apparentaient aux notres à cause de nos habitudes latines. Par un côté, ils se sentaient heureux
puisqu’ils pouvaient travailler, surtout comme main-d’œuvre agricole et
par l’entière liberté non surveillée, sauf un pointage de présence à
l’autorité militaire, pointage très discret. Par un autre côté, ils
souffraient comme tous les humains, d’être séparés de ceux qu’ils
aimaient en Italie. Il n’y avait pas de télévision, presque pas de
radio. Cet état nous rapprochait les soirs d’été ; nous chantions en
cercle assis par terre et leur talent, m’est resté gravé à jamais dans
mon coeur. Nous avions dans les 16-17 ans. Tout "homme" de 18 ans était
mobilisé et partait à la guerre !

Les prisonniers allemands, eux , se rendaient détestables parce que fanatisés. Ils étaient étroitement surveillés. Nous n’en avions pas au Sig.

Jo Sanchez

JPEG - 120.7 ko
Saint-Denis du Sig to Italy
JPEG - 129 ko
Saint-Denis du Sig to Italy

Répondre à cet article