La Sigoise
La vie à Saint-Denis du Sig en oranie (Algérie) de 1845 à 1962.

Accueil > L’histoire de Saint-Denis du Sig > Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du (...)

Notes sur la poésie et la musique arabes dans le maghreb algérien

Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig

par G. Delphin et L. Guin

samedi 21 mars 2009

JPEG - 377 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (couverture)
JPEG - 472.3 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 1)
JPEG - 503.8 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 2)
c’est le 8 février 1885 que se produisit la rupture des deux barrages établis sur la rivière du Sig
JPEG - 324.3 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 3)
JPEG - 446.1 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 4)
Cette bourgade reçut tout d’abord le nom zenéte de Tik’anbarine, ce qui en arabe signifie : er-riah el-bared, "le vent froid"
JPEG - 363.1 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 5)
Quand Yar’moracen ben Zian ben Tsabet ben Mohammed ben Zidane ez-Ziani, qui fit reconnaître définitivement la suprématie de sa famille dans toute cette partie du Mor’reb, au milieu du 13ème siècle de notre ère, eut ordonné la construction d’un petit barrage ... il envoya pour surveiller les travaux, administrer Tik’anbarine et gérer de nombreux biens qu’il possédait en propre, un homme très influent des beni Ournid, entre Tlemcen et Sebbou, nommé : Sig ben Ahmed. Grâce à son habileté et à sa sage administration Tik’anbarine pris un prompt accroissement, et quand il mourut, les habitants par reconnaissance donnèrent son nom à leur ville et à tout le pays aux alentours.
JPEG - 471.9 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 6)
Les Turc occupèrent la rive gauche du Sig et pour affermir leur autorité dans cette contrée, déjà très peuplée, ils y fortifièrent un bordj appelé du nom de son occupant « bordj Tchalabi ». Ils creusèrent auprès des silos pour emmagasiner les grains, produit des impôts. On voit encore les ruines de ce borj, un peu au-dessus du village actuel, à droite de la route conduisant du Sig à mascara, au pied d e Touakest.
Le nom de Sig a été conservé au village européen qui fut crée par arrêté ministériel du 20 juin 1845. Plus tard, quand on eut construit aux Chorfa Fouaga, à vingt-et-un kilomètres du village, un second barrage contenant dix-huit millions de mètres cubes, grâce aux irrigations abondantes et à l’activité de ses habitants, le Sig prospéra rapidement ; chaque année le sol se couvrait de récoltes de toutes sortes : céréales, tabacs, vignes et vergers, et au milieu de ses arbres vert, la petite ville, avec ses maisons blanches avait un aspect riant et des plus coquets.
JPEG - 322 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 7)
Lorsque tout à coup, le dimanche 8, à la nuit tombante, un cavalier arabe arrive au Sig à bride abattue et jette le cri d’alarme : « Le barrage des grands Chorfa a été emporté ! ».
Le petit barrage qui n’est qu’à cinq kilomètres du village résiste encore. Mais une heure après, il s’effondre sous la poussée des eaux. Tout est submergé. L’eau s’élève d’instant en instant et menace les maisons : quelques-unes ne tardent pas à s’affaisser et plusieurs personnes trouvent la mort au milieu des ténèbres qui sont descendues sur cette scène de désolation.
JPEG - 415.6 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 8)
Une première fois déjà le petit barrage, construit par les Abd el-Ouadites de Tlemcen , avait été emporté par les eaux ; or, voici comment l’événement nous a été rapporté.
Au milieu du huitième siècle de l’hégire, un marabout, le ouali Sidi a’mer Amhaadj, vint se fixer au Sig et se fit bâtir une zaouïa, « petite chapelle », à mi-coteau au-dessus du village. Un jour qu’il avait envoyé sa petite fille puiser de l’eau au-dessus du barrage, elle fut assaillie et mordue par des lévriers du prince Abd el-Ouadite. A son retour, son aïeul apprenant le danger qu’elle venait de courir, ne put contenir sa colère, il maudit le tyran et fit cette invocation au ciel :
Ahnn a’lina ya djouad,
Ma aredna ma dsa Abd el-Ouad
JPEG - 428.5 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 9)
« Aie pitié de nous, Dieu compatissant,
Nous ne voulons plus de l’eau de cet Abd el-Ouad »
Ces paroles à peine achevées, les nuages s’assemblent de toutes parts, un orage épouvantable éclate et le barrage est renversé. On en voit encore quelques vestiges, à une centaine de mètres en amont du petit barrage actuel.
Les causes qui déterminèrent le désastre du 8 février ne sont pas moins merveilleuses : un marabout bien en cour, là-haut, dont la susceptibilité ne fut pas assez ménagé, Sidi Mohammed bou Hariz, déchaîna le fléau.
Ce ouali, d’une naissance illustre, car les généalogiste le disent : ben Ada, ben Bar’dad, ben Abd el-Kader, ben Ahmed ben Hariz ben Yhaya ben Yar’moracen vit le jour aux R’riss, dans la dernière moitié du neuvième siècle de l’hégire, et mourut au milieu du dizième, chez les oulad el-hadj Ali, dans le pays des Chorfa el-Guetarnia actuel qui
JPEG - 440.7 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 10)
S’appelaient alors oulad Mebtouh. Sa générosité et son savoir faisaient chérir et respecter son nom dans toute la province, et sa modeste zaouïa des R’riss était le but de pèlerinage de tous ceux qui voulaient s’instruire de ses lumières et se former à ses pieux exemples.
Les oulad el-hadj Ali, désireux de posséder parmi eux un saint marabout dont la présence devait être une source de bénédiction pour tout le pays, firent tant de démarches auprès de lui, qu’ils le décidèrent à les accompagner chez eux. Ils lui élevèrent aussitôt une chapelle où il professa jusqu’à sa mort. Il fut enterré aux grands Chorfa, dans un terrain qui se trouva compris, en dépit des Indigènes, dans la cuvette du barrage supérieur.
Sidi Mohammed bou Hariz a les mêmes pouvoirs que Sidi Mahammed ben Yhaya des R’riss, marabout également très vénéré. Au printemps de chaque année, les convulsionnaires, épileptiques, énergumènes et fous de tous genres se rendaient auprès de
JPEG - 455.8 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 11)
la kouba de Sidi Mohammed bou Hariz. Là, après la prière, à la lueur de grands feux et aux sons cadencés du guellal et du bendaïr, ils se livraient à la danse : lentement d’abord et avec une certaine retenue, mais peu à peu ils s’animaient, la ronde devenait effrénée : épuisés, ils tombaient une première fois. Après quelques instants de repos, ils recommençaient leurs bonds avec une nouvelle furie et quand, étourdis et stupides, ils se laissaient choir à terre, ils restaient étendus, privés de sentiment, pendant le reste de la nuit. Le lendemain matin, en revenant à eux, ils étaient guéris. Ils ne partaient pas sans laisser une offrande entre les mains de l’oukil « gardien, » du monu¬ment élevé à la mémoire du marabout.
Un de ses petits fils, Sidi Ahmed ben Sliman, est regardé comme un saint. Il avait le don de converser avec les morts : dès qu’il entrait dans un cimetière, de tous côtés les âmes des fidèles enterrés dans ce lieu accouraient à sa rencontre, le saluaient, et cela fut-il en compagnie de plusieurs personnes.
JPEG - 451.4 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 12)
JPEG - 454.8 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 13)
JPEG - 428.7 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 14)
JPEG - 372.9 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 15)
JPEG - 319.3 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 16)
JPEG - 332.4 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 17)
JPEG - 355.1 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 18)
JPEG - 351 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 19)
JPEG - 343.6 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 20)
JPEG - 353.4 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 21)
JPEG - 382 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 22)
JPEG - 375.2 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 23)
JPEG - 382.2 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 24)
JPEG - 408.2 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 25)
JPEG - 370.6 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 26)
JPEG - 452.4 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 67)
JPEG - 431.7 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 68)
JPEG - 464.7 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 69)
JPEG - 478.6 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 70)
JPEG - 453.7 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 71)
JPEG - 458 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 72)
JPEG - 466 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 73)
JPEG - 459.4 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 74)
JPEG - 428.5 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 75)
JPEG - 509.6 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 76)
JPEG - 477.9 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig (page 77)

Le texte

JPEG - 168.2 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig
JPEG - 591.1 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig
JPEG - 590.2 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig
JPEG - 606.3 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig
JPEG - 593.8 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig
JPEG - 597.8 ko
Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis du Sig

Répondre à cet article