La Sigoise
La vie à Saint-Denis du Sig en oranie (Algérie) de 1845 à 1962.

Accueil > L’histoire de Saint-Denis du Sig > ALGERIE. LA CATASTROPHE DE SAINT-DENIS DU SIG

ALGERIE. LA CATASTROPHE DE SAINT-DENIS DU SIG

La République Illustrée n°242 Samedi 28 février 1885

mardi 15 mai 2012

À la suite d’une fissure qui s’était produite dans le barrage du réservoir de Cheurfa-sur-Tekenna, le barrage de Saint-Denis du Sig, situé plus bas, s’est rompu à son tour et le pont du chemin de fer d’Alger à Oran a été emporté.
Sept personnes ont été noyées ; les dégâts matériels, outre la rupture des barrages, sont assez considérables.
Sept maisons se sont effondrées ; une grande quantité de murs sont ébranlés. Toutes les marchandises et le mobilier qui se trouvaient dans le rez-de-chaussée sont endommagés. Les jardins de la ville sont dévastes.
Une centaine de familles sont sans abri et sans ressources.
Dans la campagne, trois fermes ont été détruites.
Il est impossible d’évaluer encore l’importance des dommages causés aux récoltes.
Le gouverneur général a réuni le conseil municipal pour aviser aux mesures à prendre d’urgence.
Il a fait distribuer un premier secours de cinq mille francs aux familles nécessiteuses et accordé une subvention de 25,000 francs pour la construction immédiate d’un barrage de dérivation, destiné à alimenter Saint-Denis du Sig et Ougaze.
En attendant l’achèvement de ce travail, l’alimentation provisoire aura lieu à l’aide d’une pompe à vapeur.

info portfolio

LA CATASTROPHE DE SAINT-DENIS DU SIG La République Illustrée LA CATASTROPHE DE SAINT-DENIS DU SIG : vue du réservoir après la rupture du (...)

Répondre à cet article